RDC: L’ARSP fait gagner un jackpot aux actionnaires congolais dans une entreprise de 60 millions USD de chiffre d’affaires

0
15


C’est ce qu’on appelle maîtriser les rouages de son métier et travailler pour l’intérêt général avec patriotisme. Le directeur général de l’Autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé (ARSP), Miguel Kashal Katemb vient de frapper un gros, en faisant récupérer aux actionnaires congolais 51% des parts dans une entreprise au chiffre d’affaires de 60 millions de dollars américains.

C’est un dossier qui servira d’exemple aux entrepreneurs étrangers véreux qui violent la loi sur la sous-traitance en vigueur en République démocratique du Congo. Sieur Fu, actionnaire chinois de la société Congo Engineering contracting SAS a reçu une véritable leçon. Il a passé dix jours à la prison centrale de Makala et n’a été libéré qu’après avoir payé de fortes amendes transactionnelles pour infraction à la loi sur la sous-traitance.

Après sa libération, il a pris part à une séance de travail quadripartite ARSP, FEC et les sociétés principales TFM et Kisanfu.

Après des heures de discussions, les participants ont signé un acte transactionnel portant protocole d’accord entre les deux parties. Aux termes de cet accord, l’actionnaire chinois a accepté de remonter les parts de ses associés congolais jusqu’à 51% en leur qualité d’autochtones conformément à la réglementation en vigueur dans le domaine de la sous-traitance.

Le directeur général de l’ARSP inscrit cette réalisation dans le cadre de la vision du président Félix Tshisekedi de la promotion de la vraie sagesse moyenne congolaise.

« Ces congolais qui jadis étaient des associés figurants viennent d’avoir 51% des parts dans une société qui a un chiffre d’affaires de 60 millions de dollars . C’est le combat du président de la République et la matérialisation de sa vision qui est le peuple d’abord », a déclaré Miguel Kashal Katemb.

Pour la petite histoire, l’entrepreneur chinois Fuu avait utilisé l’identité de son chauffeur Toussaint KATAKO comme actionnaire fictif pour couvrir ses opérations dans le cadre d’un contrat de partenariat signé avec les sociétés Tenke Fungurume Mining et Kisanfu, deux des filiales du groupe CMOC.

Après investigations, les officiers de police judiciaire de l’ARSP ont découvert que sur une somme de 27 millions des dollars américains payés à la société sous-traitante, les actionnaires chinois n’avaient remis à leurs coactionnaires congolais que la modique somme de 680.000 francs congolais.

Grâce à la vigilance de Miguel Kashal Katemb, le pauvre chauffeur congolais de cet actionnaire chinois est devenu millionnaire comme dans un rêve.

Le Journal