2 ème mandat de Felix Tshisekedi: CDER de Bussa au top 5 des regroupements qui Rassurent!

0
108

A quelques mois du scrutin des scrutins électoraux en République Démocratique du Congo, c’est-à-dire celui de la magistrature suprême, les doutent se dissipent autour de la probabilité ou la certitude de reconduction du président sortant Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour un second mandat. Sur l’échiquier politique national, 5 regroupements politiques alignant des centaines des partis politiques ayant chacun une base solide quelque part aux différentes provinces du pays jurent par la victoire écrasante du président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo à plus de 90 pourcents.

Ces regroupements politiques disposent de chacun des vrais leaders présidentiables qui ont compris les enjeux de l’heure et la nécessité de reconduire l’actuel chef de l’Etat à la tête de la Nation le portant pour candidat unique. Parmi ces leaders, nous pouvons citer en premier lieu Jean Lucien Bussa Tongba, président du regroupement politique Coalition des Démocrates (CODE) et autorité morale du Courant des Démocrates Rénovateurs (CDER), un parti politique à la fois des cadres et des masses qui a franchi les barrières provinciales jusqu’à s’implanter dans plusieurs autres provinces du pays, à part la ville province de Kinshasa où le parti est né. Sa vision politique et sa philosophie plaçant les intérêts de la République en premier lieu, lui a valu l’adhésion de plusieurs cadres et personnes soucieux du Développement national. La CODE aligne aujourd’hui rien que pour la députation nationale, près de 476 candidats disséminés à travers toutes les 26 provinces de la RDC et plusieurs autres pour les élections provinciales, communales et pour le sénat. Ici, la bataille est rangée et sans merci pour arracher la majorité parlementaire afin de permettre à l’union Sacrée de la Nation à atteindre ses objectifs de sortir le pays de ce marasme dans lequel il est demeuré depuis des lustres. Déjà, le bon sens oblige de reconnaître la sortie de la RDC de l’isolement diplomatique dans lequel elle se trouvait au moment de l’avènement du président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo au pouvoir. Avec les efforts du gouvernement, le pays a été readmis à l’AGOA et a adhéré en toute sécurité dans la zone de Libre Echange Continental Africain (ZLECAF) avec le savoir-faire du ministre du Commerce Extérieur Jean Lucien Bussa et a pu abriter des grandes conférences des chefs d’Etat et du gouvernement à Kinshasa à travers les fructueuses présidences de la RDC à l’union africaine, à la CEAC et à la SADC. La réussite de l’organisation réussie à tout point de vue des neuvième jeux de la francophonie du 26 juillet au 6 Août se confirme comme une preuve par 9. A côté de la CODE surgit un allié de taille, un autre regroupement politique ayant également des bases solides à travers le pays. Il s’agit de l’AFDC-A de l’autorité morale, l’honorable président du Sénat Modeste Bahati, qui, comme la CODE, a aligné aussi des centaines des candidats aux différentes instances de prise des décisions législatives, au sénat, à l’assemblée nationale, aux assemblées provinciales et pour les gouverneurs comme tous ces 5 regroupements qui garantissent et assurent au président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo un second mandat. Le Blocs Unis pour la Reconstruction et l’émergence du Congo avec son B 50, qui vise minimum 50 sièges rien que pour l’assemblée nationale, avec son autorité morale Julien Paluku Kahongya, constitue un atout majeur au profit de Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Ce sont des leaders incontestables des masses qui détiennent une influence sur les populations urbaines et rurales. Le MLC et ses alliés également, derrière la vision du chairman Jean Pierre Bemba Gombo vient cimenter cette espérance ou plutôt assurance de maintenir Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la tête du pays pour un nouveau quinquennat. Le cinquième regroupement politique dans ce groupe de cinq qui n’apparaît pas comme un outsider, l’UNC et ses alliés, qui ont fait preuve de leur force lors de dernière élection présidentielle à côté de Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo demeure griffée et puissante comme un tigre dans l’échiquier électoral avec ses cadres et masses qui ne sont pas à démontrer. Avec ce paysage politique têtu comme un ane, nombre d’observateurs se demandent alors pourquoi aller à une élection où le vainqueur est non seulement pressenti mais aussi cru d’avance même par des sceptiques extérieurs.

Comex Actu