Matata en opposition à Katumbi !

0
232

“L’opposition n’a pas officiellement levé l’option de prendre part aux travaux de la chambre basse mise en place à l’issue des élections jugées chaotiques, suite notamment aux actes de fraude. M. Tshiamala souligne que les appels à l’annulation des scrutins et les dénonciations des fraudes par l’opposition n’ont pas trouvé gain de cause. D’où, il faut prendre part aux travaux parlementaires”. Ces propos sont de Franklin Tshamala Manyiku, Secrétaire Général du parti politique Leadership et gouvernance pour le développement ( LGD) dont le leader, Augustin Matata Ponyo et l’un des meilleurs élus de la République lors des dernières élections législatives nationales, a pris part à l’ouverture de la inaugurale de la 4e législature à l’Assemblée nationale.

Cette participation de celui qui a été candidat président de la République avant de désister en faveur de Moïse Katumbi, n’a pas laissés indifferents les milieux congolais de l’opposition. Surtout eu égard aux précédentes prises de position des uns et des autres, sur les élections générales du 20 décembre dernier.
Franklin Tshiamala indique que la participation de leur leader aux travaux de la chambre basse du parlement est conforme à l’option levée en interne de sa famille politique le 30 janvier.
Pour Tshamala, toutes les dénonciations faites sur le processus électoral ont changé quoi dans la perception de l’opinion nationale et dans la perception de l’opinion internationale? Vous avez suivi les réactions de la quasi-totalité des puissances occidentales, nous avons dénoncé comme il était de notre droit de le faire, le vin est tiré, il faut le boire même s’il est amère buvez-le, faites en sorte qu’à l’avenir des situations comme ça ne se reproduisent plus. Ce qui est fait, Félix Tshisekedi est Président, ceux qui sont mal élus comme députés nationaux, ceux qui sont non élus mais proclamés par la CENI sont déjà proclamés, nous prenons acte », a-t-il ajouté.
Pendant ce temps, Moïse Katumbi, un autre opposant dont le parti a pu récolter 18 députés et quelque cinq autres inscrits sur une deuxième liste, fait attendre une réunion pour lever une option de participer ou non aux travaux de l’Assemblée nationale.

Le Journal