Les FARDC font face à 3 armées à l’Est du pays !

0
20

Le lundi 13 mars 2023, lors du briefing presse animé avec son collègue Patrick Muyaya Katembwe, ministre de la Communication et Médias doublé de Porte-parole du gouvernement, le ministre des Affaires Étrangères Christophe Lutundula n’a pas mis sa langue en poche pour dénoncer une situation malheureuse à laquelle se trouve confrontée l’armée nationale à l’Est du pays.

« Notre armée fait face à 3 armées. Une armée des terroristes et 2 armées régulières, vous comprenez ce que je veux dire. Je pense que là, les choses doivent être claires ». Cette déclaration qui fait droit au dos, n’émane pas de n’importe quel citoyen en mal de commérage, mais elle vient d’être mise sur la place publique par Christophe Lutundula Apala, ministre des Affaires Étrangères de la RDC.
À la suspense laissée à chacun par le Ministre des Affaires Étrangères pour que chacun comprenne le fond de ses propos, il va de soi qu’il faisait allusion au M23 qui est la face visible de l’iceberg dans ce qui se passe à l’Est de la République Démocratique du Congo et à son commenditaire, le Rwanda, que Félix Tshisekedi a toujours pointé du doigt et accusé à chaque fois qu’il a l’occasion de le faire. Quant au deuxième larron auquel Lutundula adressait sa pensée, il ne faut pas être devin pour comprendre qu’il s’agit de l’Ouganda de Museveni dont l’armée a toujours fait des intrusion sur le territoire RD-congolais sous prétexte de chercher à mettre hors d’état de nuire, les forces négatives ougandaises qui s’y trouveraient. Le souvenir macabre laissé dans l’imaginaire collective par la confrontation meurtrière des armées rwandaise et ougandaise dans la ville de Kisangani est restée vivace pour que les analystes voient toujours l’ombre dl’Ouganda là où s’aventure le Rwanda en RDC.
Dans la suite de ses déclarations, Christophe Lutundula a également laissé entendre que le chef de l’Etat Félix Tshisekedi, ne ménage aucun effort et met tout en oeuvre pour renforcer le leadership et la puissance de frappe des FARDC dépuis qu’il est à la tête du pays.

Le Journal