Le DG sortant Jean François Ekofo a confiance à la nouvelle équipe dirigeante !

0
30

La cérémonie de la remise et reprise le vendredi 23 décembre 2022 au FPEF entre le Directeur Général sortant Jean François Ekofo et son remplaçant a été emprunte de cordialité. Pour la bonne raison que Jean François Ekofo considère, à juste titre, que le changement est une dynamique liée à la nature humaine, “il en est de même pour toute organisation humaine qui aspire au progrès”, a-t-il reconnu en affirmant que la cérémonie du jour obéit à cette règle dans la mesure où, le FPEF -jeune établissement public, est désormais confié entre les mains d’une équipe des mandataires congolais ayant déjà fait leurs preuves dans leurs parcours respectifs.

Et d’ajouter que l’occasion est toute indiquée pour lui de saluer la vision du Président de la République Félix Tshisekedi grâce à qui la gratuité de l’enseignement primaire est effective en RDC. “Ma reconnaissance s’adresse également à l’Autorité de tutelle, le Ministre Tony Mwaba Kazadi dont l’implication inlassable a permis d’obtenir le Décret créant le FPEF”, a dit Jean François Ekofo reconnaissant que la visibilité du FPEF accrue à ce jour, à la faveur de la campagne “Pas une école sans bancs en RDC” est un acquis obtenu grâce au Professeur Tony Mwaba.
C’est avec joie que Jean François Ekofo a passé le flambeau à son successeur. Et de fil en aiguille, il a rappellé que lui et celui à qui il a cédé le bâton de commandement, ils ont déjà eu à élever des cochons ensemble car leur relation ne date pas d’aujourd’hui et qu’en lui confiant entre les mains le bâteau FPEF, c’est non seulement le bâteau, mais aussi l’équipage, les matélots et toutes les ressources humaines nécessaires pour conduire ce navire à bon port, navire porteur de beacoup d’espoir, car devenu un établissement public fiable.
À ses successeurs, Ekofo a rappellé que le challenge qui se présente aujourd’hui est celui de l’activation de nouvelles ressources du FPEF pour soutenir et accompagner la vision du chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi et la politique du gouvernement dans le secteur de l’éducation nationale. Mais Ekofo a noté qu’il foi que la nouvelle équipe dirigeante saura trouver les bonnes formules pour donner au Fonds de Promotion de l’Education et de la Formation davantage de moyens et de visibilité sur le terrain.Et d’ajouter : à mon arrivée ici au Fonds de Promotion de l’Education et de la Formation à l’époque Fonds de Promotion de l’Education Nationale en Novembre 2019 outre les deux mois d’arriérés de salaire que j’avais trouvé et que je m’étais engagé à apurer endéans 3 semaines à la satisfaction de tous et ce, en dépit du fait qu’en banque, il n’y avait pas plus de 2.000 $ ; tâche que j’avais relevée avec le concours de tous, je m’étais lancé un défi celui de sortir le Fonds de Promotion de l’Education Nationale de l’ornière et d’en faire un véritable établissement public, à l’instar du FPI de l’industrie ou du Foner pour les routes. La mutation du FPEN en FPEF participe de cet état de choses. Et il a plu aux hautes autorités du pays de comprendre notre plaidoyer avec la signature d’un nouveau Décret créant le FPEF; Décret obtenu au prix de grandes batailles avec les autres parties prenantes…
Et de signaler que le FPEF dispose d’un matelas financier capable de faire face aux charges de quelques mois avec plus de 400.000 $ à la caisse ( banque) . Après avoir géré le Fonds de Promotion de l’Education et de la Formation au quotidien pendant 3 ans , Jean François Ekofo reste disponible à prêter main forte à chaque fois que le besoin s’en fera sentir à la nouvelle équipe dirigeante en dépit de son nouveau statut actuel d’administrateur.

Le Journal