Kolwezi : Denis Kadima salut la maîtrisede l’outil informatique par le personnel de la Ceni

0
11

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima, poursuit sa tournée d’itinérance dans les provinces qui constitue la deuxième aire opérationnelle de l’identification et enrôlement des électeurs débutée le 24 décembre dernier. A l’étape de Kolwezi, chef-lieu du Lualaba, il est tombé sous le charme du personnel suite à la maîtrise des matériels informatiques mis à leur disposition.

Si leurs collègues de la première aire opérationnelle sont critiqués, à tort ou à raison de ne pas bien maîtriser l’outil informatique, ceux de la deuxième aire opérationnelle, composée de neuf province en général, et de la province du Lualaba en particulier, font mieux.

Accompagné de la gouverneure de province, Fifi Masuka, Denis Kadima a visité les différents centres d’inscription de la ville de Kolwezi après avoir échangé avec l’autorité provinciale autour des questions liées à la sécurité du processus électoral.

« Je suis en train de faire un tour d’un certain nombre de provinces qui font partie de ce que nous appelons l’aire opérationnelle 2, en vue d’accompagner et d’encadrer l’opération d’enrôlement des électeurs. J’ai commencé par le
Kasaï Centrale, puis Kasaï Oriental et là je viens de Tanganyika, maintenant je suis au Lualaba avec la délégation que je conduis. Le but est simple, c’est de voir d’abord comment le processus d’identification et d’enrôlement des électeurs se déroule. J’ai tenu à comprendre le contexte dans lequel ce processus d’enrôlement est en train de se passer, notamment l’aspect sécuritaire. Est-ce qu’on peut déployer facilement le personnel et le matériel partout, est-ce qu’il y a la police partout où nous avons des centres d’inscription ? Cela fait partie des impératifs pour un meilleur déroulement de l’opération. Évidemment ces informations je ne pouvais les avoir qu’auprès de l’autorité provinciale. Alors après ici, je vais me rendre à un certain nombre de centres d’inscription pour voir comment les choses se passent. Et finalement je vais finir par une réunion avec la personnel de la CENI ici pour qu’eux-mêmes me parlent de la réalité et je vais tâcher d’y apporter des solutions le cas échéant », a fait savoir Denis KADIMA KAZADI, sur des propos relayés par le Cellule de communication de la CENI.

Le Président de la Centrale électorale s’est rendu dans les centres d’inscription, où il a assisté au déroulement de l’opération. Convaincu du bon déroulement, il s’est montré visiblement satisfait de la maîtrise de la technologie par le personnel commis à la tâche.

« Je suis au cœur de ce qui se passe en visitant les différents centres d’inscription des électeurs. Je dois dire que je suis impressionné par la qualité du travail accompli par les agents. J’ai suivi chaque étape d’enregistrement des électeurs, j’ai vu qu’ils maîtrisent très bien l’outil et toutes les décisions qui sont prises sont bonnes. Et je comprends vraiment que nous ne sommes plus à l’étape où, faute de familiarité avec le matériel, les agents pouvaient commettre des erreurs. Maintenant la technologie est vraiment maîtrisée, j’en suis très satisfait », a-t-il déclaré.

*Enrôler le plus d’électeurs possible*

A la question de savoir si les nouvelles villes ne sont pas représentées, le président de la CENI a donné des assurances.

« Ici nous sommes en plein enrôlement des électeurs, mon souci c’est que 100% de personnes qui sont dans les files puissent s’inscrire. Nous n’allons pas terminer ce processus avant d’avoir atteint cet objectif. C’est cela qui nous intéresse au plus haut point, c’est pour cela fait que nous sommes ici », a insisté Denis KADIMA KAZADI.

Il a profité de l’occasion pour effectuer une visite d’inspection au chantier où sera érigé le nouveau secrétariat provincial de la CENI, en se rendant compte de l’avancement des travaux.

C’est sur le site de l’actuel secrétariat provincial qu’il a bouclé son périple, comme annoncé, en prêtant une oreille attentive aux préoccupations des agents locaux sur les réalités du terrain.

Et Denis KADIMA KAZADI, très réceptif, a indiqué qu’il s’appliquera à y apporter des réponses qui s’imposent.

C’est dire que plus rien ne sera comme avant, maintenant que les agents de la CENI ont la maîtrise de l’outil mis à leur disposition pour l’identification et l’enrôlement des électeurs.

*Le Journal*