Félicien Kuluta porteur d’espoir pour la DGRK

0
9

Dépuis qu’il préside aux destinés de la Direction Générale des Recettes de Kinshasa -DGRK-, Félicien Kuluta a mis en place une vision qui privilégie le travailleur et le place au centre de ses intérêts.
Pour preuve, dépuis qu’il à la tête de la DGRK, les agents et cadres ont poussé un ouf de soulagement en observant que l’ère des arriérés de salaries appartient désormais au passé. Tout simplement parce qu’il n’y en a plus. De quoi couper l’herbe sous les pieds de gens de mauvaise foi qui lui cherche des poux sur la tête. Lui qui a démontré qu’il marche dans la droite ligne de la voie tracée par le chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi en combattant le chômage en donnant de l’emploi aux jeunes méritants. De ce point de vue, les statistiques renseignent que les effectifs à la DGRK, sont de 3.200 agents et cadres compris.
Lesquels voient leur social pris en compte de la plus belle manière. Il n’y a que des pourfendeurs de mauvais aloi qui peuvent avoir une autre lecture des faits, dès lors qu’il nous a été donné d’apprendre des sources dignes de confiance, que la fin de l’année 2022 a été rose à la DGRK où les salaires du mois de décembre ont été payés le 13 et le 14. Une première dépuis que la DGRK existe. Les vivres pour les fêtes de fin de l’année ont été distribués le 17 et le 19 décembre tandis que le 13 ème mois a été payé entre le 27 et le 29 décembre. Actions qui avaient mis tout le monde d’accord.

Mais si cela a été rendu possible, c’est parce que soutiennent des analystes, parce que le Directeur Général Tuluka a vérouillé les trous d’escapade de recettes créés par certains agents inconscients qui étaient parvenus à se familiariser avec les assujetis de leurs secteurs au point que des arrangements étaient tissés pour faire gagner de l’argent à ces travailleurs au détriment des caisses de l’entreprise qui se contentaient des miettes sur fond de maigres recettes. Pendant que les cadres affairistes menaient la grande vie. Se la coulant douce.
Ayant compris ce jeu dangereux, Félicien Tuluka a opéré des permutations de ces agents et cadres dont la plupart étaient à leurs postes dépuis 8 ou 9 ans. Une opération payante, parce que les recettes de la DGRK sont montées en flèche, avec l’apport de la patrouille financière y opérée par l’IGF.
Les changer de secteurs de travail a été perçu par eux, comme une façon de leur enlever le bifteack de la bouche. Du coup, ils ont entrepris de mener une canpagne de sabotage à l’endroit du DG Tuluka qu’ils veulent voir enlevé de la tête de la DGRK. Ils optent malheureusement pour la politique du “ôtes-toi de là que je m’y mette”. Ceux qui agissent ainsi sont triés parmi des personnes qui se sont affichés en candidats députés en allant s’enrôler dernièrement. Pas étonnant qu’ils se battent becs et ongles pour se faire placer chefs d’agences dans les communes grandes pourvoyeuses de recettes. Histoire de chercher à remplir leurs poches en marge de la campagne électorale qui pointe à l’horizon. Les gens ne sont pas dupes. La rage de se voir déculottés à ce moment rend fous les intéressés qui n’ont plus qu’un rêve: voir Tuluka disparaitre.
Nous y reviendrons.

Le Journal