Considérée semeuse des troubles dans la province de Tanganyika:Julie Ngungwa ne fait pas unanimité !

0
88

Le gouvernorat de la province du Tanganyika fait face à plusieurs dissensions entre la gouverneure, Julie Ngungwa Mwayuma, et le vice-gouverneur Ferdinand Massamba. Les derniers désaccords datent de lundi 17 avril 2023 avec les deux arrêtés signés par Madame le gouverneur.

Le 17 avril dernier, la gouverneure de la province du Tanganyika avait signé deux arrêtés nommant les commissaires généraux et opérant le remaniement des ministres provinciaux. Néanmoins, la gouverneure avait octroyé le pouvoir d’exécution de l’un des arrêtés au vice-gouverneur Ferdinand Massamba, et attribué à l’autre à son directeur de cabinet, Jean-Papa Mwamba.


Ce comportement fait réagir les observateurs avertis qui révèlent que plus rien ne marche dans le Tanganyika. Une division totale surgit ainsi entre la gouverneure Julie Ngungwa et le vice-gouverneur Ferdinand Massamba.

Dans cette façon de faire les choses, les dernières nouvelles indiquent que c’est madame Ngungwa qui sèmerait les troubles au sein du gouvernorat provincial. Elle apparaît aux premières loges en créant de mésententes avec ses collaborateurs.

La zizanie sur les responsabilités à partager entre la patronne de l’exécutif provincial du Tanganyika et son vice, ne devrait pas poser problème, car les lois ont prévu les dispositions pour cela. Cependant, supposer diviser les membres de sa juridiction émane d’un esprit de trouble-fête.

Membre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Mme Julie Ngungwa devrait être la maman de tous en unissant ses collaborateurs pour la bonne marche de sa province. Mais pourtant , il se constate que le Tanganyika a perdu ses lettres de noblesses.

Notons que cette situation de crise et de confusion délibérée au sommet de la province du Tanganyika passe pour une mauvaise gestion aux yeux des personnes aviséés. “Seule la Gouverneure est tenue pour responsable de ce qui arrive à la province, dans la mesure où pour ses intérêts personnels, elle fait fi des textes légaux”, s’est indigné, devant la presse, un membre de la société civile de cette province en ajoutant que “plusieurs analystes disent ne pas comprendre comment pour le même arrêté du 17 avril 2023, la Gouverneure charge à la fois son colistier et son Directeur de cabinet de l’exécution”, s’est-il interrogé.

Par ailleurs, les indiscrétions ont révélé que les ministres déchus font partie de meilleurs éléments de cet exécutif provincial. Le vice-gouverneur s’était opposé au remaniement des membres de gouvernement puisqu’il ne trouve pas de critères objectifs pour le motiver.

Aux autorités compétentes d’en tirer profit en prenant des mesures conséquentes pour éviter le pire.

Kivin Arsène Bile