Célestin Engelemba hausse le ton contre l’injustice sociale dont est victime le Grand Equateur

0
52

Le député national Célestin Engelemba a déposé au bureau de l’Assemblée nationale, une proposition de loi sur la comptabilité environnementale qui prévoit des mécanismes de mobilisation des recettes issues de l’exploitation des ressources naturelles qui sont : l’eau, la forêt et les tourbières qui se trouvent en grande partie dans sa province de la Tshuapa. Il se dit frappé par l’inédéquation entre les immenses ressources naturelles que possède l’espace Grand Équateur et la pauvreté dans laquelle vivent ses populations qui est tellement flagante au point que des personnes sensibles refusent de se taire en assistant impuissantes à cette situation.

C’est le cas de cer élu de Monkoto, dans la province de Tshuapa, l’honorable Célestin Engelemba qui a réfléchi à haute voix, en se demandant et en demandant à ses frères et soeurs de l’Equateur, ce qu’il faut faire pour tirer l’espace Grand Equateur du gouffre et le sortir de sa situation de pauvreté grâce à ses ressources naturelles abondantes ?
La préoccupation telle que présentée, a été au centre d’un point de presse animé dans les installations du Palais du peuple, le vendredi 28 juin 2024 par le député national Célestin Engelemba.
Pour rappel, Tshuapa qui a élu Célestin Engelemba, à travers Monkoto, est l’une des provinces issues du démembrement de l’ancienne grande province de l’Equateur.
Mais, le député national Célestin Engelemba qui en est le porte-parole à l’hémicycle de Lingwala, ne digère nullement le contraste frappant qui caractérise l’espace Grand Equateur qui croupit dans la pauvreté, tandis qu’il regorge des fabuleuses ressources naturelles, susceptibles de contribuer à son et pourquoi pas, développer la RDC.
Cela n’est pas impossible au vu de l’important réseau hydrographique, ses forêts denses ainsi que ses tourbières qui font de la Rdc, un pays-solution en matière de lutte contre le changement climatique.
L’espace Grand Equateur, a regretté le député Engelemba, figure aujourd’hui sur la liste des provinces les plus pauvres du pays.

Faisant la comparaison du Grand Équateur à d’autres provinces qui bénéficient de leurs ressources naturelles, cas du Lualaba et de l’Ituri qui disposent aujourd’hui des grandes infrastructures grâce à leurs ressources naturelles, celles du grand Equateur a dénoncé le député, profitent plutôt à des partenaires nationaux ou internationaux ou encore à des responsables des grands et petits projets qui touchent des millions de dollars au détriment des populations du grand Equateur qui n’arrivent pas bénéficier des retombées de l’exploitation de leurs ressources naturelles.
Voilà une situation qui ne doit pas restée gardée sous silence, s’est insurgé l’élu de Monkoto en revélant avoir compris qu’il faut élever sa voix aujourd’hui pour continuer à soutenir la vision du chef de l’Etat. Même s’il n’y a pas des projets gagnant-gagnant pour que le Grand Equateur puisse décoller, nous ne continuerons pas à croiser nos bras et nous nous battrons toujours, jusqu’au moment où cette injustice prendra fin”, a-t-il prévenu en annoçant qu’il a déposé au bureau de l’Assemblée nationale, une proposition de loi sur la comptabilité environnementale qui prévoit des mécanismes de mobilisation des recettes issues de l’exploitation des ressources naturelles qui sont : l’eau, la forêt et les tourbières qui se trouvent en grande partie dans sa province de la Tshuapa.

Le Journal