Avec le DG Lucien Ekofo, la DGRAD entre des mains expertes

0
23

Le nouveau directeur général de la Direction générale des recettes administratives, judiciaires, domaniales et de participations(DGRAD), Jean Lucien Ekofo Bonyeme , a pris officiellement ses fonctions au terme d’une cérémonie de remise et reprise avec son prédécesseur, Jean-Parfait Ntabala, vendredi 2 juin 2023. Il a placé son mandat sous le signe de l’augmentation de la mobilisation des recettes.

C’est ce qu’on appelle en français facile « placer l’homme qu’il faut à la place qu’il lui faut ».

Par Ordonnance présidentielle publiée le 22 mai dernier, il a plus au chef de l’Etat Félix Tshisekedi de nommer Jean-Lucien Ekofo Bonyeme aux fonctions de DG de la DGRAD.

Il va travailler avec les directeurs généraux adjoints maintenus, Doudou Mfuamba Likunde et Madame Christine Epoluke Bombula, respectivement en charge des questions techniques et des finances.

Financier chevronné et expert certifié, Lucien Ekofo Bonyeme n’est plus à représenter. L’homme maitrise les questions financières et fiscales comme les couloirs de sa maison familiale.
Il quitte fraîchement les fonctions de DG de la Société nationale d’assuranges(Sonas Sa) où il a réalisé des prouesses historiques et fait exploser les chiffres.

Tshisekediste devant Dieu, il a été le premier mandataire nommé par le président Félix Tshisekedi après son investiture à la magistrature suprême en 2019.

Satisfait de son bilan à la tête de la Sonas dans un contexte marqué notamment par la libéralisation du secteur des assurances, le chef de l’État lui a confié une autre mission, cette fois-ci à la tête de la DGRAD.

Homme de défis, Jean Lucien Ekofo va sans douter rééditer ses exploits et même faire plus, en dépassant les assignations pour offrir au gouvernement de la République les moyens de sa politique notamment pour financer le Programme de développement de 145 territoires.

Conscient des attentes placées aux régies financières et autres structures de l’Etat mobilisatrices des recettes, le nouveau numéro un de la DGRAD a demandé à ses administrés de s’adapter aux exigences du nouveau management pour optimiser la mobilisation des recettes.

Le Journal