Détournement de l’argent destiné à l’État de siège

0
121
A soldier of the Democratic Republic of Congo's armed forces holds his weapon during a security patrol around the Kiwanja airfield days after clashes with the M23 rebels in Rutshuru, 70 kilometers from the city of Goma in eastern Democratic Republic of Congo, on April 3, 2022. (Photo by Guerchom NDEBO / AFP)

«Il est à ce stade impossible de le dire, une commission spéciale a été mise sur pied pour le définir et si on peut s’interroger sur la mobilisation effective des fonds à destination des FARDC et PNC en opérations dans l’est de la RDC, il est prématuré de dire qu’il y a eu détournement », indique le député Bertin Mubonzi , président de cette commission spéciale, en réponse aux propos tenus par son collègue, le député ECIDE Jean Kasekwa, dans l’émission TOP 7 de ce samedi 18 juin.

Légèreté dans la gestion publique?

Selon le député Jean Kasekwa, la commission parlementaire de la défense a découvert après contrôle que « sur les 74 millions de dollars octroyés aux opérations de l’état de siège,  seulement 23  millions sont arrivés sur le terrain soit 32% ». Selon lui, « une commission spéciale voulait continuer le contrôle à Kinshasa mais, à ce jour, Mboso la bloque ».

Les vrais chiffres

« Le collègue Kasekwa évoque les chiffres évoqués en décembre dernier en plénière où on ne parlait pas de détournements mais de non mise à disposition de la totalité des fonds aux forces sur le terrain », dit à TOP CONGO, un membre de la commission. Qui corrige les chiffres avancés par le député Kasekwa.

« On parlait (a l’époque) de 78 millions, dont environ 85% étaient encore à Kinshasa ».

La commission est à pied d’œuvre

Nous travaillons à la mise à disposition efficiente et à la lumière de l’utilisation des fonds, indique le président de la commission défense et sécurité.  Une commission spéciale pour retracer les fonds de l’état de siège dont sont membres, les députés de différentes commissions de l’assemblée nationale dont Les commissions ECOFIN,  DEF&SEC, SUIVI& ÉVALUATION, SOCIO CULTURELLE,… et ils sont à pied d’œuvre.  Selon Bertin Mubonzi, un rapport étape (le premier volet) sur la récolte des données (ministères des finances, du budget, de la défense, ainsi qu’à la BCC) devait être fait à la plénière pendant la session.  « Il n’y a pas à ce stade de conclusion », prévient le député UNC Bertin Mubonzi, président de la commission  « Les chiffres donnés par le député Kasekwa avaient été établis à l’époque de l’évaluation de l’état de siège (en décembre 2021) au niveau de la commission défense et sécurité, qui avait valu la nécessité de la mise en place de cette commission spéciale initiée par le président de l’assemblée nationale, l’honorable Mboso ».

« Le président de la république a soutenu le fait que le travail de contrôle soit effectué par la commission spéciale en cours de travail et jamais le président de l’assemblée nationale n’a empêché la tenue des travaux qui, après le recueil des données va continuer sur le terrain », dit à TOP CONGO FM, le président de la commission défense et sécurité.   Il est donc faux de dire que l’on cache la vérité aux congolais, dit encore le député Bertin Mubonzi qui s’interroge, « pourquoi alerter la population en ce moment sur des données partielles? Cela risque de démotiver l’opinion qui a besoin d’unité autour de nos forces armées, lesquelles sont grandement soutenues par le chef de l’état ».  Depuis que l’alerte a été donnée par sa commission, prévient Bertin Mubonzi, « les travaux de la commission spéciale avancent à grands pas et ne visent qu’à accélérer l’appui financier aux troupes et opérations sur le terrain ».

La Rédaction