Des agitations étouffées dans l’oeuf au FFN, Le DG Honoré Mulumba remet les pendules à l’heure !

0
71

Mardi 09 avril 2024. La date restera longtemps marquée dans les annales du Fonds Forestier National -FFN-, pour avoir mis face-à-face, le Directeur de cet établissement public, Honoré Mulumba Kalala et les cadres ainsi que les agents dans une réunion générale statutaire qui s’est penchée sur les deux points brûlants de l’heure au niveau du FFN.

Il s’agit, comme on pouvait s’y attendre, des états financiers et le dossier sur le Programme de réboisement d’un milliard d’arbres. Dossiers qui ont fait couler plus d’encre et de salive au FFN, sur fond des spéculations et fake news en tous genres.
Pour planter le décor de son intervention, le Directeur Général Honoré Mulumba a demandé aux cameramen qui érigeaient une sorte de muraille entre lui et son auditoire de dégager le plancher. Question de lui permettre de s’adresser aux travailleurs et cadres en les regardant droit dans les yeux.
Pour que personne n’en ignore ou ne fasse semblant de ne pas le savoir, le numéro un du FFN a mis un point d’honneur à rappeller son cursus scolaire et académique bien fourni au pays et à l’étranger qui lui ont fait porter les casquettes d’Assistant Technique en Pharmacie et Spécialiste en médicaments, urgences et laboratoire, spécialiste en environment, en santé environmentale et en médecine naturelle et alternative. Mulumba Kalala est d’autre part, spécialisé en nutrition et cancer. Sur le plan professionnel, il a travaillé longtemps -deux décennies- aux cabinets de ministres de l’Environnement, Conservation de la Nature, Eaux, Forêts et Assainissement. C’est dire combien il est comme un poisson dans l’eau au FFN où il a été nommé au mois de septembre 2020 avant d’y être réconduit en juillet 2023.

Du noir au blanc…

Mais en débarquant au FFN, ce technocrate racé a trouvé un établissement public presqu’à l’agonie, avec des caisses sonnant creux. Lui qui a été rappelé par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi pour relever le secteur de l’Environnement s’est trouvé dans l’obligation d’initier un état des lieux pour voir clair, pendant que certains autres cogitaient sur la majoration sensible du barème salarial des admistrateurs en commençant par proposer 18.000 USD de rémunération mensuelle au PCA, 11.000 USD pour les membres du Conseil, et 5.500 USD de jeton de présence aux réunions mensuelles du reste. Pendant que le président américain Joe Biden se contente de 27.700 USD par mois. Le comble du cynisme est que le Comité de gestion était oublié dans ce débat. Mulumba Kalala a refusé d’accorder du crédit à une telle mascarade. Déjà que ce n’est pas lui qui fixe le barème salarial mais le ministre de tutelle. Aussi, les caisses du FFN n’étaient pas assez fournies et il fallait multiplier les stratégies pour le sortir du marasme et le tirer de la zone rouge en maximisant les recettes sensiblement.
Le pari, mieux le défi, a été réussi de la belle manière par le leadership de Honoré Mulumba Kalala. Les assignations budgétaires galopent de mieux en mieux dépuis que ce mandataire à la touche de manager est à la tête du FFN. Il a fait parler les tableaux des chiffres pour faire voir comment les statistiques se portent bien et vont sans cesse crescendo, de performance en performance. Plus de 6 millions USD récoltés dans le premier mandat du Directeur Général. A ce jour, plus de 103 % des recettes sont atteints par le FFN. Cet état des choses facilité par une maximisation accrue des recettes a permis permis à juste titre que le DG Mulumba Kalala améliore le social des travailleurs et leurs conditions travail.

Des spéculations mal tombées…
Acclamations nourries de la salle du cercle Boboto où se tenait la réunion, avant que l’orateur chemine en abordant le volet de un milliard d’arbres à planter pour 3 milliards USD de budget.
Pour une bonne compréhension, le Directeur Général du FFN a rappelé que le Programme de reboisement de 1 milliard d’arbres a été pensé par le chef de l’Etat Félix Tshisekedi qui a confié son exécution au Ministère de l’Environnement. Tandis que le FFN n’a joué que le rôle d’accompagnent en tant que responsable technique et financier sans toutefois gérer.
Quant à spéculer que ledit programme a réussi ou échoué, Mulumba Kalala donne sa langue au chat, dès lors que le 12 novembre 2023, au cours du Conseil des Ministres, madame Eve Bazaïba qui a en charge le ministère de l’Environnement et a géré le programme, ne s’était pas empêchée de confier que le Programme était exécuté à 89% et qu’à fin décembre 2023, il sera complétement bouclé. Quand au mois de décembre prévu, le président Félix Tshisekedi s’adresse aux deux chambres du parlement réunies en congrès, il affirme que le Programme de un milliard d’arbres a été une réussite. Ce que, pour Honoré Mulumba, clos le débat à ce sujet. Une façon de dire qu’il y a eu trop de tempête dans le verre d’eau inutilement. Et cela a permis au boss du FFN de remettre les pendules à l’heure et faire taire les oiseaux de mauvais augure.

Laurent BUADIKEMA