Activités du Programme Sino-congolais: C’est le nouveau départ !

0
94

Lundi 18 mars 2024.Les activités du Programme sino-congolais ont été officiellement relancés au siège de l’Agence de pilotage, de coordination et de suivi des conventions de collaboration entre la RDC et les partenaires privés (APCSC) par le Premier ministre, a indiqué l’Agence congolaise de presse -ACP en rapportant les déclarations du Premier ministre Sama Lukonde : “ Je voudrais ici assurer l’accompagnement de la Primature, en tant que tutelle de l’APCSC, pour le bon fonctionnement de ce Programme pour que nous puissions, ensemble, répondre aux grands défis du développement de la République démocratique du Congo, notamment par le Programme sino-congolais et par les autres conventions à venir ».
Le chef du gouvernement a fait savoir que cette relance tombe à point nommé, au début de ce deuxième quinquennat du Président de la République .
Pour rappel, cette cérémonie intervient dans le cadre de la signature conclue le 15 mars sur l’avenant n°5 de la convention de collaboration entre la RDC et le Groupe d’entreprises chinoises (GREC).
Ce 5ème avenant du Contrat chinois va permettre à la RDC de se doter de 6.000 km de routes pour son désenclavement.
Ce qui a tout d’un contrat win-win n’ayant rien à voir avec celui
signé en 2008 qui a avait la particularité de reposer sur des promesses non tenues par la partie chinoise et plusieurs cas de surfacturation qui ont été dénoncées par l’IGF note l’ACP en soulignant que quinze années après, le président de la République Félix Antoine Tshisekedi a ordonné la revisitation de ce contrat initialement prévu pour plus de 9 milliards USD.
Rien que 800 millions USD avaient été gagnés par la République sur des milliards produits, selon l’Inspection générale de Finances (IGF) qui avait alerté sur le déséquilibre. Le 5ème avenant dont les activités ont été relancées lundi 18 mars a rétabli l’équilibre rendant ce partenariat gagnant-gagnant, se réjouit la source non sans avoir souligné que parmi les points d’accord, figure la révision à la hausse du montant d’investissement pour les infrastructures (de 3,2 à 7 milliards USD.
Pas que ça. L’avenant signé a consacré, par ailleurs, la participation de la RDC dans le capital de la Sino-Congolaise Hydroélectrique (Sicohydro) de Busanga (60% pour le GEC et 40% pour la RDC) et la répartition des actions de la Sino-Congolaise des Mines (Sicomines), 68% contre 32%, jusqu’au remboursement total des emprunts liés au Projet de coopération sino-congolais, peut-on noter.
Le Journal